Le 16 et 17 novembre dernier, l’EDPN soufflait sa deuxième bougie en présence de plus de 250invitées et invités autochtones et allochtones issus du monde universitaire, des affaires ou encore de la politique. Le point culminant de cette célébration fut la remise d’une centaine d’attestations et de certifications universitaires. Le grand amphithéâtre d’HEC Montréal a resonné de musique innue avec une prestation musicale unificatrice de l’artiste Shauit, récipiendaire du Félix 2023 pour l’album de l’année en langues autochtones.

Les participant.e.s des 6 cohortes réunis après avoir reçu.e.s leur certificats et attestations

Les participant.e.s des 6 cohortes réunis après avoir reçu.e.s leur certificats et attestations

Des participantes et participants de tous les coins du Québec et d’autres provinces du Canada

0
Participants
aux formations
0
Communautés
représentées
0
Nations
du Québec
représentées
0
Aînés ayant guidés les états d’esprits
0
Formateurs
autochtones
0
Formateurs
allochtones

Le bilan est très positif, dépassant les attentes des co-initiateurs du projet, Manon Jeannotte et Ken Rock. Depuis sa création en 2021, l’école a formé 448 personnes dont 341 membres des Premières Nations, à travers 5 programmes réguliers. Ces formations, construites dans le respect des valeurs d’entraide, de partage et de collaboration, sont dispensées par 46 formatrices et formateurs des Premières Nations, en collaboration avec 39 professeures et professeurs de HEC Montréal, sous la guidance de 8 personnes aînées. En complément de cette offre, l’EDPN propose des programmes répondant aux besoins des organisations et communautés des Premières Nations. S’ajoutent également des sessions de sensibilisation par la formation «Les clés pour développer des relations en contexte autochtone», destinée à un public de décideuses et décideurs allochtones.  

Un 6e programme basé sur la réconciliation économique qui débutera cet hiver

Encourager la réconciliation économique est d’ailleurs au cœur du sixième programme de l’EDPN, annoncé en septembre dernier, lors du Cercle économique régional des PremièresNations et du Québec, à Uashat. Élaboré en partenariat avec la Commission de développement économique des Premières Nations du Québec, il vise à promouvoir la création de projets économiques d’envergure, portés par des binômes autochtones et allochtones. La première cohorte commencera à l’hiver2024. 

Témoignages des participantes et participants

Au-delà des chiffres, l’impact de l’EDPN se mesure par les nombreux témoignages des participants, soulignant les changements radicaux survenus après leur formation, tant sur le plan personnel que professionnel. Outiller, donner confiance et offrir du temps d’échange de qualité sont parmi les missions quotidiennes de l’EDPN, qui travaille chaque jour pour ce modèle unique : une école par et pour les Premières Nations.